Aikido_Kanji
KI SHIN DO jpeg
Logo Kinomichi noir copie

Historique

..."mon enseignement évoluait. Voilà comment le Kinomichi a été créé en 1979. Parfois on me demande pourquoi j'ai arrêté l'Aïkido. Je n'ai pas arrêté. D'ailleurs, à Paris nous appartenons à la FFAAA"... (Interview un homme en paix 2005)

Kinomichi discipline née en France en 1979 et émergente de l’Aïkido

Historique des années d’officialisation 2001 – 2021

Mise en place officielle technique, pédagogique et administrative, notamment en France,  de 2001 à 2021.

En 2001, création de l’association internationale d’enseignants du Kinomichi : Hubert Thomas devient président et Maître Masamichi Noro en est le président d’honneur. 

En 2003, création du premier passeport pour le Kinomichi.

En 2005, début de la rédaction de la nomenclature officielle finalisée en 2011 et pilotée par Maître Masamichi Noro. 

En 2008, création du monitorat FFAAA de Kinomichi qui devient le brevet fédéral en 2019 ; Maître Masamichi Noro exige par ailleurs depuis des années pour les enseignants l’obtention du tronc commun du brevet d’État en France.

En 2012, le Kinomichi accélère son ouverture et son développement dans le monde des Arts Aïki, notamment en France et au Japon avec la mise en place de titres et grades reconnus à l’international.

En 2013, Maître Masamichi Noro décède malheureusement en mars. Le Kinomichi continue à évoluer conformément à son souhait et notre engagement. Par la suite et la même année, une démonstration de Kinomichi est effectuée pour la FFAAA devant le Doshu Moriteru Ueshiba.

En 2014, démonstration à Londres devant des Maîtres Japonais de différentes disciplines.

En 2015, démonstrations et cours aux USA pour l’anniversaire des 50 ans de présence de la Dai Nippon Butoku Kai.

En 2016, présentation du Kinomichi devant la Princesse Impériale au Japon dans le Butokuden à Kyoto.

En 2017, le Kinomichi est dans le domaine public.

En 2018, les grades Dan d’État de la CSDGE de l’Union des Fédérations d’Aïkido (UFA) en France sont mis en place.

En 2019, le Kinomichi devient discipline associée à la FFAAA, fédération agréée par l’État français. L’institut français du Kinomichi (IFK) est créé ainsi que le brevet fédéral FFAAA. La même année, une démonstration de Kinomichi est faite pour la FFAAA associée à la FFAB, à la maison du Judo à Paris, pour le Kagami Biraki organisé par la FÉDÉRATION FRANÇAISE DE JUDO avec la présence exceptionnelle pour l’occasion de Haruki Uemura, Président du Kodokan, ainsi que celle de Monsieur Kitera, ambassadeur du Japon.

En juin 2020, le Kinomichi accède en France aux premiers diplômes d’État DEJEPS (Aïkido et disciplines associées). 

En mai 2021 succédant à l’association créée en 2001, les plus proches disciples de Maître Masamichi Noro, membres du conseil supérieur du Kinomichi (CSK) et de l’Institut Français du Kinomichi (IFK FFAAA), également plus hauts gradés et titrés internationaux pour la discipline, créent la fédération internationale de Kinomichi (IKF). Elle comprend l’international kishin ryu Aikido (association IKA) www.kinomichi-international.org. C’est une référence mondiale par son rôle fédérateur pour le développement  international de la discipline.

En octobre 2021, les premiers diplômes d’État supérieur DESJEPS (Aïkido et disciplines associées) sont obtenus.

En novembre 2021, la FFAAA change de nom et devient Fédération Aïkido, Aïkibudo, Kinomichi et Disciplines Associées. Elle changera ensuite son logo.

Les techniques de base de l'Aïkido se retrouvent-elles dans le Kinomichi ?
"Toutes. Nous travaillons toutes les techniques de l'aïkido. Parce que je ne connais que l'aïkido. Pas autre chose" ...
Kinomichi, le mouvement Universel du Ki décembre 2003 - Aïkido magazine

Historique du Dōjō

En 1956, la section Aïkido à Nîmes est ouvert  au Judo Club du Gard créé en 1946. Elle se développe grâce à des Maîtres et Experts japonais (Tadashi Abe, Masamichi Noro, Masahiro Nakazano, Nobuyoshi Tamura …).

Le 22 septembre 1961 Noro Masamichi Sensei arrive au dojo de Nîmes et enseigne régulièrement jusqu’en 1967. Puis pour une pratique quotidienne de l’Aïkido, le Centre Nîmois des Arts Martiaux (CNAM) est construit par J. et P. Villaret gradés 2ème Dan par Maître Masamichi Noro. Ils lui feront rencontrer Hubert Thomas dès son adolescence. 

En 1975, Hubert Thomas devient assistant au CNAM puis enseignant. Il participe activement au développement de l’Aïkido et est Conseiller Technique Régional CTR Fédération Aïkido et Kobudo (FFAK) de 1981 à 1983 puis Directeur Technique Régional DTR Fédération Aïkido Aïkibudo et Disciplines Associées (FFAAA) de 1983 à 1985.

A partir de 1986, le dojo devient privé sans attache fédérale. Au cours de déménagements successifs, il permet l’étude multidisciplinaire des arts martiaux et notamment du Kinomichi avec Maître Masamichi Noro. Il suit ainsi l’existence du CNAM.

Pendant plusieurs décennies, dans le dojo et par différents séminaires et stages, les Budō sont étudiés. Pour l’Aïkido, l’enseignement est reçu de différents Maîtres et Experts parmi le premier cercle d’élèves de Moriheï Ueshiba malheureusement le plus souvent disparus (prioritairement M Noro, A Nocquet, JD Cauhepe, H Kobayashi, K Asai et plus ponctuellement N Tamura, S Yamaguchi…)

En 1997, avec l’introduction de l’enseignement du Kinomichi, le nom « Soaxia  » est donné à ce dojo.

En 2001, le dojo « Kinomichi Soaxia » participe à la mise en place de la reconnaissance officielle du Kinomichi. Il adhère à la FFAAA en même temps que celui de Maître Masamichi Noro auprès de qui Hubert Thomas se forme également pour cette discipline.

Depuis 2006, le dojo Soaxia est géré par l’association 1901 « la Voie du Ki » à Alès France.

International Kishin Ryu Aikido Dōjō et Kinomichi,

L’International Kishinryu Aïkido Dōjō permet la pratique et l’enseignement du Kinomichi et de l’Aïkido. Il est enregistré et certifié au Japon par la Dai Nippon Butoku Kai General Corporation.

 Il est dirigé par les plus proches et anciens disciples de Maître Masamichi Noro, titulaires au Japon du titre de Hanshi et en France du DESJEPS mention Aïkido Aïkibudo et Disciplines Associées. Ils constituent le Conseil Supérieur du Kinomichi. Ils sont tous hauts gradés et titrés.

2007 Maître Masamichi Noro avec L. Forni JP. Cortier et H. Thomas
Années 2000 H Thomas avec Maître Masamichi Noro

« Mens sana in corpore sano »

L’enseignement et la pratique associent la recherche de l’excellence de l’Art martial à la protection de la santé. 

Hubert THOMAS :

Kinomichi : Instructeur de Kinomichi nommé par Noro Masamichi Sensei avec une formation directe, interne et privée pendant plus de 16 ans jusqu’au malheureux décès de celui-ci en 2013.

Diplômes officiels Kinomichi et Aïkido en France 8ème DAN Kinomichi de l’Union des Fédérations d’Aïkido, professeur diplômé d’Etat supérieur DES JEPS mention Aïkido Aïkibudo et Disciplines Associées ; au Japon SHIHAN Aikido en 2012, 8th DAN (HACHIDAN) par la Dai Nippon Butoku Kai General Corporation Japan en 2015, HANSHI en 2016 (Maîtrise système Shōgō sous l’égide de la famille impériale).

Etude des arts martiaux depuis l’âge de 11 ans (1967) de façon multidisciplinaire (Judo, Karaté, Kenjutusu, Arts chinois…) avec comme discipline principale l’Aïkido, Directeur Technique Régional pour les fédérations Françaises FFAK puis FFAAA de 1981 à 1985. 

Fonctions actuelles dans les Budō (武道) : 

International Représentative de la division internationale et Official Budo Kenshoin de la Dai Nippon Butoku Kai General Corporation Japan depuis 2015.

Membre du conseil supérieur du Kinomichi (CSK).

Représentant de la commission technique FFAAA de Kinomichi.

Liens liés au parcours de formation multidisciplinaire dans les arts martiaux :
blason2
Kenjutsu Kobudo 7th Dan Harageï
wosd
Self-défense 7th Degree wosd
logo-acupunctue-scientifique
Acupuncture scientifique
WWW.DNBK.ORG
DNBK Japon (Butoku Kai)

Quelques souvenirs liés au parcours :

Années 70 Aïkido avec Maître A Nocquet  JD Cauhepe et J Villaret

Aïkido 1976 à 20 ans : démonstration internationale sous la direction de Noro Masamichi Sensei

Années 60 part 1 : sud de France Noro Masamichi Sensei avec P. Villaret

"Il faut sentir le rythme de l'autre et pousser sur son souffle en y posant le sien, ki awase, de là vient la force d'une technique, c'est le kokyu"